[Courts Métrages] Cédric Messemanne : « Cellule familiale ».

« cellule familiale »

Sans un mot, Cédric Messemanne, 26 ans, passé par l’EESI de Poitiers, l’Ecole Supérieure d’Audiovisuel de Toulouse et ex-pensionnaire de la prestigieuse School Of Visual Arts de New York, réussit l’exploit de concentrer dans un éclat court de cinq minutes l’immense frustration d’un cri de désespoir. Un regard, une larme et l’acceptation de la fatalité, le sacrifice devant l’absence d’éducation, il ne faut parfois pas plus que le silence pour faire passer une émotion, un message. Et Cédric Messemanne l’a bien compris. Écrit sur une impulsion, le néo-réalisateur sait qu’il faut parler avec son estomac parfois plus qu’avec des mots superflus et l’énergie, l’émotion contenue entre ses mains se fait tout de suite comprendre des jeunes acteurs pourtant amateurs mais qui n’ont là aussi pas besoin d’un bagage pour transmettre ce que le réalisateur a à faire passer.

Doté d’un style épuré, très photographique, sensoriel et théorique, le réalisateur, qui compte dans ses inspirations notables le japonais Hirokazu Kore-eda (Still Walking, Air Doll), compte bien toucher, emmener et inspirer à son tour le spectateur dans les aventures qu’il dresse avec tact et sensibilité. Passé par le Short Film Corner de Cannes, « Cellule Familiale » est en passe d’être suivi par deux courts à l’esprit différent mais complémentaire qu’il ne faudra surtout pas rater: « After » (un trailer est visible par ici) et « L’escapade ».

Si vous voulez suivre son actualité, abonnez-vous à son Vimeo: http://vimeo.com/user2927986

Publicités